Bio-plastiques

Le bio plastique est un moyen de plus en plus connu pour lutter contre la production en masse des matière plastiques. Il existe plusieurs sortes de ces bio plastiques les quels ? Sont ils avantageux pour l'environnement ? Et pourquoi les industriels sont ils aussi peu investis dans ces techniques favorisant pourtant la vente du produit ainsi que le combat pour l'environnement ?

biodégradabilité, compostabilité, oxodégradabilité :

Biodégradable, compostable, oxodégradabilité, ces trois mots sont utilisés largement pour accroitre les ventes de certains produits à vertus environnementales. Il nous parait judicieux de définir précisément ces trois termes selon des normes afin d'éviter un malentendu :

Définitions : - plastiques biodégradables : « Plastique dégradable dont la dégradation résulte de l’action de micro-organismes naturellement présents dans le milieu. Lorsque ce processus se déroule en présence d’oxygène, les résidus de cette biodégradation seront du gaz carbonique, de l’eau, des composés inorganiques et de la biomasse. »

  - plastiques compostables : « Plastique qui subit une dégradation par un processus biologique pendant le compostage, produisant du CO2, de l’eau, des composés inorganiques et de la biomasse à un rythme comparable à celui d’autres matières compostables connues, et ne générant aucun résidu toxique visible ou reconnaissable. »

  - plastiques oxodégradables :« Plastique auquel on a ajouté un additif, qui subira d’abord une dégradation par les rayons du soleil (rayons UV), la chaleur et/ou un stress mécanique. Les résidus en résultant seront ensuite biodégradables. »

La norme NF EN 13432 Européenne définit les emballages valorisables par compostage et biodégradation : 

 

" Selon la norme NF EN 13432, les caractéristiques d'un matériau compostable doivent être les suivantes  :

 

 

  • La Biodégradabilité, c'est la conversion métabolique du matériau compostable en dioxine de carbone (CO²), eau (H²O) et humus. Cette propriété est mesurée par des tests standards et normalisés  (ISO 14855 : biodégradabilité en conditions de compostage contrôlé).

Pour qu'un matériau soit considéré biodégradable celui-ci doit être en mesure d'atteindre 90% de biodégradation en moins de 6 mois.

 

 

  • La Désintégration, c'est la fragmentation et la perte totale de visibilité dans le compost final (absence de contamination visuelle).

Cette désintégration est mesurée par un test de compostage à échelle-pilote (prEN 14045). Des échantillons de matériau d'essai sont compostés avec des déchets organiques pendant 3 mois. A la fin, le compost est tamisé avec un tamis de 2 mm. La totalité des résidus supérieurs à 2 mm doit alors être inférieure à 10% de la masse initiale.

 

 

  • Une très faible concentration en métaux lourds (valeurs maximales prédéfinies) et une bonne qualité du compost (contrôles de l'écotoxicité et de la valeur agronomique).

Un test de croissance des plantes (test OECD 208 modifié) est effectué sur des échantillons de compost où la dégradation du matériau de test a eu lieu. Aucune différence avec le compost témoin ne doit être mise en évidence. 

 

 

  • Permanence des paramètres chimio-physiques.

Certains de ces paramètres doivent rester inchangés après la dégradation du matériau étudié.

Concentration d'azote (N), Concentration de Phosphore  (P), Concentration  de Magnésium (Mg), Concentration  de potassium (K), PH, Contenu salin, Niveau solides-volatiles.

 

 

  • Une absence d'effets négatifs sur le déroulement du processus de compostage. Test de contrôle de compostage à échelle-pilote."

 

 Les bio plastiques peuvent être synthétisés à partir de différentes plantes.
Quelques exemples :
-Le maïs, plante tropicale de la faille des poacées (graminées).
-Le soja, plante grimpante de la famille des Fabacées.
-La pomme de Terre qui est un tubercule.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site